Catégorie : Notre actualité

Doit-on considérer le cabinet d’avocats comme une entreprise à part entière ?

Entretien avec Diane Bouchet, Directrice associée en charge de la Relation Client

Bonjour Diane,

Vous collaborez au sein de l’équipe Xelya/Diapaz depuis 2006, pourriez-vous en premier lieu présenter la solution que vous proposez aux cabinets d’avocats ?

DB – Diapaz se présente comme la Direction Informatique Externalisée des Cabinets d’Avocats. Notre solution globale et modulaire couvre tous les besoins logiciels informatiques et télécoms d’une structure d’exercice.
Nos services sont opérés sur le Cloud au départ de nos propres serveurs hébergés en France. Diapaz est un Cloud privé dédié exclusivement à la gestion des sociétés d’avocats.

Vous mentionnez « société d’avocats » cette définition revêt-elle une particularité à vos yeux ?

DB – Oui absolument, au-delà du caractère purement juridique d’une structure d’exercice, je préfère parler de société ou mieux d’entreprise d’avocats plutôt que de cabinet d’avocats.
Certes le métier d’avocat est avant tout une profession libérale, mais lorsqu’ils se regroupent au sein d’une structure juridique, les avocats, associés, partagent un bien commun, celui de leur entreprise justement.
C’est d’autant plus le cas des cabinets anglo-saxons où l’intérêt de la firme prévaut sur l’intérêt individuel.

Est-ce une posture de discours ou pensez-vous que les cabinets d’avocats devraient se considérer réellement comme des entreprises ?

DB – Dans les faits, les avocats, en tant que profession libérale, ne se sentent pas suffisamment concernés par ces problématiques
Or les clients de type « entreprise » sont avant tout des organisations qui fonctionnent avec des processus et des objectifs. Ces dernières s’attendent à travailler avec des organisations qui leur ressemblent.
Bien sûr je parle ici pour les structures d’exercice qui ont vocation à grandir avec leurs clients dans une relation d’affaires BtoB.

Selon vous, quel type d’organisation devrait adopter un cabinet d’avocats pour répondre aux exigences de leurs clients de type « entreprises » ?

DB – La réponse est dans la question (sourire). Si un cabinet d’avocats se considère comme une réelle entreprise, alors l’organisation devra servir des objectifs qui vont au-delà de la prestation de conseil uniquement.
En premier lieu je parlerais de rentabilité. Toute entreprise a vocation à générer des profits pour rémunérer ses actionnaires / associés. En l’espèce une entreprise ou société d’avocats se doit à la fois de développer son chiffre d’affaires, protéger ses marges et maitriser ses coûts. A ce stade de la réflexion on commence à s’éloigner du cœur même de la profession d’avocats et se rapprocher de toute évidence du métier de dirigeant d’entreprise.

Vous considérez donc qu’un avocat, associé au sein de sa structure, devrait quitter la robe pour revêtir le costume de chef d’entreprise ?

DB – Un avocat qu’il soit collaborateur, associé, ou chef d’entreprise restera toujours au fond un avocat. En revanche, une structure d’exercice dont la vocation serait de développer son activité et produire des résultats a précisément besoin d’un dirigeant.
Donc, dans les faits, les associés d’un cabinet sont des avocats dirigeants d’entreprise.

En quoi votre solution Diapaz répond-elle aux attentes des avocats dirigeants d’entreprise ?

DB – Si vous vous attardez quelques instants sur la signature de marque Diapaz « Il orchestre, vous dirigez » vous comprendrez que la vocation de notre entreprise est de fournir un système d’information qui va orchestrer les ressources du cabinet pour permettre à l’organisation de fonctionner au diapason. L’associé dirigeant dispose de fait d’un outil de management pour gérer et diriger son entreprise. Plus concrètement cela couvre toutes les facettes des processus métier et notamment le développement marketing et commercial, la gestion des dossiers, la production des services, la rentabilité des collaborateurs, la gestion de la relation client, la facturation, le recouvrement et le pilotage de la performance. L’ensemble de la chaine de valeur s’inscrivant dans une stratégie de sécurité et de confidentialité des données.

L’intérêt d’avoir recours à Diapaz c’est aussi et peut-être surtout de confier son système d’information à un partenaire métier.
Diapaz c’est une solution unique, une facture unique, un interlocuteur unique.

Qui sont vos clients avocats dirigeants d’entreprise ?

DB – Ce sont des entrepreneurs dans l’âme, des développeurs d’affaires.
Ce sont des avocats indépendants, des cabinets de niches, ou des structures généralistes dont les effectifs dépassent largement la centaine de collaborateurs, répartis sur plusieurs bureaux.
Il n’y pas un profil type de cabinet client Diapaz sinon qu’ils ont tous en commun de diriger leur cabinet d’avocats comme de véritables chefs d’entreprises et de nous considérer comme leur partenaire stratégique pour réussir dans leur mission.

Merci Diane.

<< Université de Printemps de l’ERAGEMatinée Microsoft le 16 mai >>

Partager cette actualité sur vos réseaux sociaux :